Le 29 novembre 1932, vers 18h, Monsieur Voisin demande à ses enfants Fernande (15 ans) et Albert (11 ans) d’aller rechercher leur sœur Gilberte (13 ans) au Pensionnat tenu par les Sœurs de la Doctrine Chrétienne de Nancy. Chemin faisant, les enfants invitent leurs amies Andrée Degeimbre (14 ans) et sa petite sœur Gilberte (9 ans) à les accompagner.



Lorsque Albert eut sonné à la porte d’entrée du pensionnat, il se retourne et aperçoit la Sainte Vierge se promenant en l’air, au-dessus du pont de chemin de fer, surplombant la route de Rochefort. Sa sœur et ses amies, incrédules, se retournant, voient elles aussi, “la belle dame”. Sœur Valéria vient ouvrir la porte. Les enfants lui signalent la présence de la Vierge.



Ne croyant pas à ces “bêtises”, la religieuse va chercher Gilberte à l’étude. Lorsque celle-ci, ignorant ce qui vient de se passer, arrive sur le seuil de la porte, elle voit, elle aussi, la Sainte Vierge se promenant en l’air au-dessus du pont. Effrayés, les enfants retournent chez eux en courant, se promettant néanmoins de revenir le lendemain à la même heure, rechercher Gilberte.



Le 30, la Sainte Vierge leur apparaît de nouveau au-dessus du pont ; également le 1er décembre, mais elle disparaît pour leur apparaître près du houx situé à quelques mètres de la porte d’entrée du pensionnant, disparaît de nouveau ; puis se montre sous une branche de l’aubépine, près de la grille d’entrée du jardin. C’est là que Marie se manifestera encore une trentaine de fois, jusqu’au 3 janvier 1933.



Elle est vêtue d’une longue robe blanche, avec de légers reflets bleus. La tête est recouverte d’un long voile blanc qui tombe sur les épaules. De sa tête sortent de fins rayons de lumière qui lui forment comme une couronne. Marie tient habituellement les mains jointes et sourit. À partir du 29 décembre, les enfants aperçoivent, entre ses bras ouverts, son cœur tout illuminé, tel un cœur d’or. D’où l’appellation Notre-Dame de Beauraing : la Vierge au cœur d’or.

Le 2 décembre, à la question des enfants “Que nous voulez-vous ?”, Marie parle pour la première fois : D’être bien sages. Puis le soir, lors d’une nouvelle apparition : Est-il bien vrai que vous serez toujours sages ? Le 8 décembre, les enfants tombent en extase durant un quart d’heure. “Elle était plus belle que jamais !” Le 17, Marie demande une chapelle. Le 21, à la question :”Dites-nous qui vous êtes”, Marie se nomme : Je suis la Vierge Immaculée. Le 23 : Pourquoi venez-vous ici ? Pour qu’on vienne ici en pèlerinage ! À partir du 30 décembre, Marie révèle l’essentiel de son message.

Le 30 : Priez, priez beaucoup. Le 1er janvier : Priez toujours. Le 3, Marie confie un secret aux trois plus jeunes. Elle promet : Je convertirai les pécheurs. Elle se nomme à nouveau Je suis la Mère de Dieu, la Reine des cieux. Elle demande : Aimez-vous mon Fils ? M’aimez-vous ? Alors, sacrifiez-vous pour moi. Adieu.



Deux guérisons ont été reconnues comme miraculeuses. Le culte a été autorisé le 2 février 1943. L’authenticité des faits a été reconnue le 2 juillet 1949, par Monseigneur Charue, évêque de Namur. Les cinq enfants qui ont vu la Vierge sont maintenant décédés. La plus jeune, Gilberte Degeimbre, est décédée le 10 février 2015. Elle nous livre son témoignage dans une vidéo de 47 minutes. De nombreux pèlerins viennent aujourd’hui prier la Vierge au cœur d’or.